Au risque d’avancer trop loin dans le temps! Car je vais évoquer ici une histoire appartenant au monde mythologique grec. Mais, celle-ci appartient également au monde du merveilleux! Alors, quoi de mieux que cette expression devenue célèbre. Elle fut introduite par Charles Perrault à l’incipit de chacun de ses contes. Ça y’est! je pense que j’ai maintenant suscité votre curiosité! Voici l’histoire d’Eros et Psyché.

Psyché ranimée par le baiser de l’Amour par Antonio Canova, musée du Louvre
«Il était une fois…»

      Une reine et un roi, heureux parents de trois filles d’une beauté incroyable. Les deux sœurs aînées l’étaient, bien sûr. Mais, la cadette, Psyché, était encore plus ravissante! Cette jeune femme était d’une beauté inégalée…

Tant bien même que de parfaits inconnus, venant de lointaines contrées, bravaient bien des dangers! Et ce, dans l’espoir d’apercevoir et d’admirer la belle Psyché!

Ces personnes la comparaient carrément à la déesse de l’amour et la beauté: Aphrodite.

Fresque de la maison de Vénus à la coquille, Pompéi, Ier siècle ap. J.-C., © Wikimedia Commons

Et, pendant ce temps, les temples consacrés à l’admiration de cette déesse se trouvaient désertés.

Temple d’Aphrodite à Aphrodisias, Asie mineure
Aphrodite de Cnide.
 Aphrodite devint dès lors, férocement jalouse.

      Elle ne pouvait supporter un tel affront! La déesse de la beauté se sentait profondément humiliée. Ainsi, afin de punir Psyché, elle envoya Eros, son propre fils. Celui-ci, s’envola immédiatement. Et, de sa main droite, tenait un arc! Il possédait également un carquois rempli de flèches. Elles étaient invisibles pour un simple mortel, évidemment. Mais, ces flèches ne rataient jamais leur cible! Elles blessaient irrévocablement d’amour.

Alors? Vous opinerez certainement. Vous me direz qu’il n’est rien de plus heureux en ce bas monde que de tomber amoureux! Hélas! L’amour provoque chez certains êtres une plénitude et un bonheur indescriptible. Pour d’autres, en revanche, il charrie avec lui un torrent de larmes, source de grands malheurs…

Aphrodite tint ce discours à Éros: «Mon fils, il existe sur terre une princesse qui a commis l’impudence de se faire adorer comme une déesse. Décoche une de tes flèches pour lui transpercer le cœur. J’exige qu’elle épouse l’homme le plus misérable et le plus affreux qui soit. De cette façon, Psyché sera humiliée à son tour! Plus personne ne s’occupera d’elle. Elle sera malheureuse. Puis, le feu sacré brûlera de nouveau sur mes autels! Va, mon fils!»

Fontaine d’Éros, Piccadilly Circus, Londres, Angleterre.

Éros écouta sa mère et il s’envola pour accomplir ses exigences.

Éros – Figure rouge attique – 470 à 460 avant J.-C. – Musée des beaux-arts, Boston

      La suite, vous en conviendrez, sera éludée. Cela donne à peu près ceci.

 

Éros tomba fou amoureux de Psyché!

 

Alors même qu’il venait pour la châtier!

Si vous avez eu vent de la beauté de Psyché, c’est bien normal. C’est même un certain Zéphir, le vent d’ouest, qui se chargea de la déposer. Au pied du palais d’Éros. «Alors, commença la féerie» Tout était fait de sorte que Psyché soit toujours heureuse. Les mets les plus fins lui étaient présentés pour son diner. Les musiciens, invisibles eux aussi, jouaient une délicieuse musique.

Psyché, il faut le rappeler ici, était, selon les prédictions d’un oracle, promise à un horrible époux. Et à un destin funeste… Elle se coucha donc, à la fois épuisée et inquiète pour ses parents. Mais, Psyché était également très intriguée par tant de mystères.

C’est ainsi que la nuit vient trouver sa place dans ce récit. Elle emmena avec elle l’obscurité. Éros s’approcha alors du lit de Psyché. Il lui dit: «Je suis ton mari. Il ne faut pas que tu aies peur de moi. Mes serviteurs invisibles s’occuperont de ton confort. Ils veilleront à ce que tu ne manques de rien.

Psyché, ne regardes jamais mon visage! Je te rejoindrai uniquement le soir. Car, ce n’est que dans l’ombre que tu pourras me parler»

Le Ravissement de Psyché, par William Bouguereau.
Éros et Psyché, suite…

      Des années entières, la jeune femme se plia aux volontés de son mari. Elle vécut seule.

Et après bien des jalousies! De  mortelles issues concernant les sœurs de Psyché, cette dernière finit par rompre la promesse quelle avait faite à Eros. Elle regarda son beau visage! Elle le blessa même malencontreusement!

Aphrodite, toujours aussi jalouse, jubila. Elle profita de cette mésaventure pour soumettre l’exécution d’épreuves terribles à Psyché.

Mais, à chacune et à chaque fois, la belle fut aidée par un public compatissant. En effet, tous lui venaient en aide! Aphrodite, dans sa folle rancœur, voulait séparer Éros de Psyché.

Éros et Psyché, mosaïque d’époque romaine issue d’une villa à Cordoue (Espagne)

Rien n’y fit! Éros demeurait fou amoureux de Psyché! Il supplia même sa mère de pardonner à Psyché. Aphrodite resta de marbre. Ce n’est qu’après l’intervention de Zeus, roi des dieux, que la déesse de la beauté et de l’amour finit par céder!

      L’histoire se termine bien! Ainsi, Zeus envoya Hermès chercher Psyché. La jeune femme se retrouva alors sur l’Olympe. Elle but une coupe de nectar divin. Devenue immortelle, Psyché se maria avec Éros, le fils d’Aphrodite.

Toutes les Muses chantèrent lors de ce somptueux mariage. Et, depuis cette union, Éros(l’amour) et Psyché (l’âme) sont heureux.

Zeus et Aphrodite – Figure rouge des Pouilles, sud-est de l’Italie – 350 à 340 avant J.-C. – Musée J.-Paul Getty, Malibu.
Découvrez également notre blog, dédié aux focus sur l’Antiquité:

 

x
Retour en haut