Hathor, déesse égyptienne, Égypte antique

      La déesse Hathor est une des déesses les plus importantes et populaires de l’Histoire de l’Égypte ancienne. Déesse de l’amour, de la beauté, de la danse et de la joie, elle est la patronne de la musique et des festivités.

Un des 10 dieux majeurs

du panthéon égyptien

Déesse Hathor

Hathor

Hiéroglyphes:

Lieu de culte principal: Dendérah

      Toutefois, le culte de la déesse Hathor est très ancien, de plus il est également très populaire. Ainsi de nombreux temples et monuments la célèbre. On pourrait citer Abou Simbel, Deir el-Bahari ou encore Philae.

Espace lapidaire en extérieur du temple de Dendérah – Chapiteau représentant la déesse d’Hathor

      La déesse Hathor est une des déesses les plus importantes et populaires de l’Histoire de l’Égypte ancienne. Son culte est soutenu tout au long de l’Antiquité égyptienne. Avec Isis, elles sont la principale représentation du divin au féminin, son nom signifie la “Demeure d’Horus”. Son attribut est le ménat, un collier à contrepoids. Déesse de l’amour, de la beauté, de la danse et de la joie, également de l’ivresse, elle est la patronne de la musique et des festivités.

Elle incarne le renouvellement perpétuel de la vie terrestre ou divine. Dans un rôle plus ancien, elle est la mère céleste à la place de Nout. Sa coiffure caractéristique avec un disque solaire encerclé de cornes de vache, sera emprunté par bien d’autres déesses. Elle est également une déesse protectrice des nécropoles. Considérée comme la fille de Rê, tantôt violente, tantôt douce, la déesse Hathor est désignée comme «l’œil de Rê». Adorée dans toute l’Egypte, son sanctuaire le plus connu est peut-être celui de Dendérah. Elle y est vénérée dans ses attributions plus récentes de déesse des festivités et de l’Amour. Hathor est associée au dieu Horus dans le temple d’Edfou. Elle est également l’épouse ce dernier, car elle est aussi considérée comme une déesse associée à la royauté. En effet, elle est la nourrice du pharaon.

Fresque où la déesse Hathor et Osiris entourent le pharaon Horemheb. Détail de la frise du puit. Tombe d’Horemheb KV 57, Vallée des rois.

Hathor, une déesse très ancienne

      Les traces et témoignages les plus vieux identifiant Hathor remontent aux premières dynasties, voir à l’époque prédynastique. Ainsi sur la palette de Narmer, est représenté sur la ceinture du roi une divinité vache. On a retrouvé également plusieurs vestiges pouvant faire penser à la déesse dès la Ier dynastie. Mais c’est durant la IVe dynastie que les premières références les plus marquantes ont été retrouvées. En effet, on a découvert à cette époque des représentations de divinité vache ou de femme avec des cornes sur la tête.

(ci contre: Tête d’une déesse vache (Hathor ou Mehet-Weret)- Nouvel Empire – Le musée Métropolitain d’art)

Hathor représentée en vache – Intérieur du petit temple d’Abou Simbel

Place et rôle de la déesse Hathor

      Dans les temps les plus anciens, la déesse Hathor est parfois considérée comme la déesse Nout, déesse du ciel. À cet égard, elle était la mère de Rê. Cependant, au fil de l’Histoire égyptienne, son rôle change. Elle devient la fille de Rê, on la nomme ainsi «œil de Rê». Elle est également liée au pharaon, comme le déesse Isis. Ainsi on la désigne parfois comme étant la mère d’Horus, dieu associé à la royauté. Dans des textes, on retrouve de temps en temps l’appellation de «fils d’Hathor» pour désigner un pharaon. La déesse Hathor est considérée également comme la parèdre d’Horus, dont sera issu le dieu Ihi.

Déesse Hathor et Néfertari, fresque dans son tombeau, KV 66

Culte de la déesse Hathor

      La déesse est très populaire, ainsi on la célèbre tout au long de l’année. Cependant, elle est spécialement fêtée durant le mois d’Athyr ou Hathyr. Dont le nom même est issu de celui de la déesse. Ce mois est le troisième mois du calendrier nilotique (basé sur la crue du Nil). Il correspond à la période septembre-octobre.

La déesse est célébrée dans toute l’Égypte, de très nombreux monuments et temples en attestent. On pourrait ainsi citer:

Kôm el-Hisn, Kôm Abou Billou, Héliopolis, Memphis, Deir el-Médineh, Deir el-Bahari, Philæ, Gebelein, Kertassi (Nubie), Abou Simbel (Nubie), Sarabit al-Khadim (Sinaï) ou Timna (Israël).

Cependant le temple le plus monumental qui lui est consacré est très certainement celui de Dendérah avec son complexe religieux.

Les Grecs anciens identifient Hathor à la déesse Aphrodite, et les Romains à Vénus.

Chapiteau représentant la déesse Hathor. 3e siècle av. J.-C, Époque ptolémaïque. Musée du Louvre

Retrouvez également sur notre blog dédié, de nombreuses anecdotes et focus sur l’Égypte ancienne:

x
Retour en haut