L’Épiphanie, Origines Antiques

      L’épiphanie symbolise la fête de la lumière au moins depuis ses origines antiques. On retrouve cette célébration dans la civilisation romaine, lors des Saturnales. Puis cette fête est adoptée par les chrétiens pour célébrer le Messie par l’intermédiaire de Rois mages. Ainsi la galette des rois prend la forme ronde et dorée du Soleil. Il est de coutume de partager celle-ci lors de l’Épiphanie.

Sarcophage provenant du cimetière Sainte-Agnès à Rome, IVe siècle.
Galette antique carbonisée

      Pour comprendre les premiers temps de son histoire, il faut d’abord s’intéresser à l’étymologie du mot «Épiphanie». En effet, en grec, l’adjectif «epiphanios, de epiphanês» signifie «illustre, éclatant». Les «Épiphanes» correspondent aux douze divinités principales de l’Olympe dans la mythologie grecque.

Cette célébration s’inscrit depuis le calendrier solaire antique. Car, dès lors le solstice d’hiver passé (la nuit la plus longue de l’année, le 22 décembre). Les jours rallongent, le soleil brillant plus longtemps dans le ciel. C’est le renouveau de la lumière! Rythmant de ce fait le cycle des saisons, particulièrement important dans le calendrier agricole.

L’Épiphanie, origines antiques, suite

Les Rois Mages, Basilique Saint Apollinaire le Neuf, VIe siècle – Ravenne, Italie.

      L’Épiphanie symbolisa dans les sociétés antiques la fête et le retour de la lumière. Chez les Grecs, puis chez les Romains cette célébration fut définie par leur calendrier solaire dit calendrier julien. Ce sera pour eux les célébrations des Saturnales. Enfin, cette fête s’intègrera chez les chrétiens, traditionnellement fêtée le 6 janvier, le deuxième dimanche après Noël.

Retrouvez sur notre blog, dédié aux focus sur l’Antiquité, un article sur les Saturnales dans la Rome antique:

Retour en haut