Phaistos 2/2

      Le disque de Phaistos est un disque d’argile cuite de l’époque minoenne découvert en 1908 par l’archéologue italien Luigi Pernier dans la pièce principale du sous-sol d’un temple, dans les ruines du palais de Phaistos. II date selon toute probabilité de la fin du IIe millénaire. D’un diamètre de seize centimètres, le disque est estampé, sur les deux faces, de plusieurs sceaux. Les 241 glyphes, dont 45 différents, sont extrêmement détaillés, représentant les éléments du quotidien ; homme, oiseau, poisson, bateau. Elles forment une spirale partant de l’extérieur vers le centre de l’objet. La fabrication de ces poinçons a exigé une grande dextérité, supposant qu’ils devaient servir à un grand nombre de documents.

     Or, ce disque est unique en son genre. Les hypothèses quant à sa signification diffèrent. Elle intrigue archéologues et cryptologues depuis plus d’un siècle. Prières, calendrier, appel aux armes, jeu de société ou théorème de géométrie. Le mathématicien crétois Anthony P. Svoronos, privilège la thèse occulte. Le disque de Phaistos serait une question posée à un oracle, et le rituel exigerait que l’objet qui porte la question soit détruit pendant le processus de divination.

     L’authenticité du disque est régulièrement remise en cause. On a accusé à l’archéologue Pernier de l’avoir créé en 1908 pour motiver son équipe faute de découvertes majeures sur le site. Cependant, l’hypothèse d’un faux est depuis réfutée. À ce jour, le texte, si c’en est un, n’a toujours pas pu être traduit et il ajoute à la fascination pour la civilisation minoenne.

      Face à ce disque ma fantaisie est galopante. Pourquoi nulle part des objets semblables ont été mis au jour ? Pourquoi n’a-t-on pas trouvé les sceaux utilisés pour sa fabrication ? Auraient-ils été importés du Levant, de Mésopotamie, d’Égypte ? Bien qu’aucune trace de ces sceaux n’ait été découverte dans ces régions. Serait-ce une carte ? Celle d’une cité, d’un royaume, d’un continent ? Est-ce une œuvre d’un enfant, jouant avec un set de tampons ? Ah ! J’aimerais tant être capable, un jour, de découvrir le sens de ce disque mystérieux ! 

     L’actualité depuis 2011. En 2014, Gareth Owens et John Coleman affirment que le disque reproduit une prière destinée à la déesse mère, divinité principale du panthéon de la civilisation minoenne et que cette analyse permettra de traduire une grande partie du texte. Selon Brant Davis, ces propositions restent des probabilités surtout du fait que le culte de la déesse-mère et de la fertilité fut pratiqué par toutes les civilisations antiques. Le disque de Phaistos garde son secret…

 

Juin 2011. Extrait de la série TAPIS MAGIQUE – Terre des Dieux.


Texte et photo: Annette Rossi

L’univers d’Annette Rossi sur son site: https://annetterossi.fr
Et sur Facebook : https://www.facebook.com/annette.rossi.353

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *