Suse, ville multimillénaire. 1/2.

      Au pied de la barrière montagneuse du Zagros qui la borde au nord et à l’est, la plaine du Khuzestân, l’ancienne Susiane, prolonge en Iran la grande plaine fluviale mésopotamienne et Suse est établie sur un point de passage qui relie la vallée du Tigre au plateau iranien. Les rares vestiges de la capitale d’été des rois achéménides sommeillent sur la rive droite du Chaour.

     Suse connaît son apogée au Ve siècle avant Jésus-Christ lorsque le roi perse Darius le Grand l’élève au rang de capitale de l’Empire achéménide au même titre que Persépolis et Pasargades. Contrairement aux palais de Persépolis, les palais de Suse n’étaient pas construits en pierre. Situés dans une plaine où la pierre devait être importée, les bâtiments furent élevés dans un matériau connu depuis la nuit des temps en Mésopotamie et en Susiane : la brique moulée. Le décor du palais de Darius à Suse s’inspirait de celui du roi Nabuchodonosor à Babylone et, recouvert de glaçure, les panneaux de briques cuites reconstituaient de véritables bas-reliefs.

     Nous montons le chemin menant vers la terrasse. Fascinée par la Perse depuis longtemps, j’ai hâte de fouler le sol où a marché l’énigmatique Darius, troisième souverain de la dynastie. Suse représente cette cité fastueuse de laquelle j’ai capté un aperçu lors de mes visites au musée du Louvre à Paris. Les objets provenant du site sont tellement spectaculaires, tellement colorés, tellement raffinés que, depuis, je rêve de contempler le lieu de leur origine. Maintenant que j’y suis, je me sens perdue. J’espérais trouver ici plus d’éléments tangibles, or, c’est surtout l’immensité du vide qui me saisit. J’arpente la terrasse. L’éclat de la lumière souligne chaque détail des pierres. Gisants dans l’herbe autour de quelques bases encore en place, de gros fragments de pierre grise, fûts de colonnes, chapiteaux à volutes et protomés de taureaux, constituent les vestiges de l’apadana, « salle d’audience ». Je laisse courir mon regard sur les vestiges, puis au-delà. Émergeant des brumes formées par l’intense chaleur, comme une chimère dominant la plaine du Khuzestân, s’élève le château de Suse…

(Juin 2011. Extrait de la série TAPIS MAGIQUE – Terre des Dieux.)
Texte et photo: Annette Rossi

L’univers d’Annette Rossi sur son site: https://annetterossi.fr
Et sur Facebook : https://www.facebook.com/annette.rossi.353

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *