Le calendrier égyptien est:

composé de 3 saisons,

chaque saison comporte 4 mois,

30 jours

et un mois supplémentaire de 5 jours.

Voici un tableau présentant le calendrier annuel tel que les Égyptiens anciens l’avaient pensé puis élaboré:

      Le calendrier égyptien était l’un des premiers calendriers solaires du monde comme représenté sur les murs du temple de Kom Ombo.

Ancien calendrier en hiéroglyphes, temple de Kom Ombo, Égypte – AdobeStock.
Ancien calendrier en hiéroglyphes, temple de Kom Ombo, Égypte – AdobeStock.

Le calendrier égyptien

…était l’un des premiers calendriers solaires du monde. Ainsi il serait le plus ancien connu. De plus, les plus anciennes mentions qui nous soient parvenues remonte aux premières dynasties égyptiennes, il y a 4500 ans.

Ce calendrier a la particularité d’être adapté à la fois au calendrier solaire. Ainsi il a une durée annuelle de 365 jours. Mais il intègre avec lui les cycles du Nil, on l’appelle également «calendrier nilotique». De ce fait il est composé de 3 saisons. Celles-ci rythment l’année agricole, avec la saison des crues, celle de la saison fraiche, de la germination et enfin celle des moissons. Ainsi chaque saison comporte 4 mois, de 30 jours, plus un mois supplémentaire de 5 jours, les jours épagomènes. Et afin d’obtenir une année complète de 365 jours, les anciens Égyptiens intégrèrent 5 jours épagomènes. Ceux-ci sont respectivement dédiés à 5 divinités prépondérantes de la mythologie égyptienne, Osiris, Horus l’Ancien, Seth, Isis et Nephtys. Chaque jour correspond à la naissance d’une des divinités.

Un calendrier à l’épreuve du temps?

Ce calendrier est resté en vigueur durant de très nombreux siècles. Simplement, son défaut principal fut de ne pas intégrer le jour supplémentaire des années bissextiles (tous les 4ans). Les Égyptiens avaient toutefois connaissance de cela. Ce qui fut intégré durant la dynastie des Lagides par Ptolémée III Évergète Ier, qui régna de -246 à -222 avant notre ère.

Pour les anciens Égyptiens, le premier jour de l’année correspondait au premier jour de la saison des crues, soit le premier jour de la saison Akhet. Et ce malgré l’imperfection du calendrier dû aux années bissextiles donc. Ainsi les Égyptiens anciens utilisaient également un repère indéfectible du ciel, la réapparition dans les lueurs de l’aube de l’étoile Sirius. De ce fait, la montée des eaux du Nil intervenait peu de temps après le lever héliaque de l’étoile Sothis (Sirius) dans le ciel égyptien. Qui intervenait début juillet.

Celui-ci est complété par le calendrier lunaire, qui détermine les événements religieux.

Calendrier lunaire égyptien – AdobeStock.

Les zodiacs ont également été développés par les Égyptiens. Ainsi, on trouve un zodiac et un plafond astronomique dans le temple d’Hathor de Dendérah.

Plafond astronomique de la grande salle hypostyle du temple d’Hathor de Dendérah
À lire également:

NOTIONS D’HISTOIRE DANS L’ÉGYPTE ANTIQUE


À découvrir sur notre blog, fait de focus et d’anecdotes de l’Antiquité:

PLAFOND ASTRONOMIQUE DU TEMPLE D’HATHOR À DENDÉRAH

https://histoire-et-civilisations-anciennes.blog


Retour en haut