Déméter est la fille de Cronos et de Rhéa, les deux titans. Elle fait partie intégrante du Panthéon des douze dieux Olympiens. De surcroît, ladite divinité n’est nulle autre que la sœur de Zeus le foudroyant! C’est la déesse de l’agriculture et la protectrice des moissons.

Photo ci-contre: Statue en marbre d’1,5 m de la déesse Déméter de Cnide, -350 -300 av. J.-C..

Rhéa présentant une pierre emmaillotée à Cronos. Bas relief d’un autel romain.

Origine de la déesse Déméter

***

L’étymologie du nom de Déméter nous révèle ceci: Il est à la fois composé de meter «la mère» d’une part. Et vraisemblablement d’un autre nom pré-grec signifiant la terre. Ce qui fait de cette déesse la «Terre Mère» ou bien la «Mère de la Terre».

Photo ci-contre: Figurine de la déesse Déméter avec un cochon. Athènes, Grèce, terre cuite du Ve siècle avant J.-C.

Bas relief en terre cuite représentant la déesse gréco-romaine Déméter – Cérès. Rome

Puis, c’est maintenant au tour du paysan grec de prier/

«À Déo (Déméter), protectrice des vanneurs, aux Heures protectrices des sillons, le laboureur Héronax consacre, de sa pauvre petite moisson, cette part d’épis et ces légumes de toute espèce. Il pose sur ce trépied de pierre cette très petite offrande, prélevée sur sa petite récolte; il ne possède, en effet, qu’un bien mince héritage sur cette misérable colline».

Zonas de Sardes, issu de l’Anthologie Palatine, chapitre 6, page 98

Le dieu Hermès amène Perséphone à sa mère Déméter

Les légendes grecques autour de la Déesse

      Et comme la saison des moissons s’achève, les saisons changent! Ainsi, les mauvaises herbes envahissent les prés…

Notons que les légendes autour de Déméter sont nombreuses et s’enchevêtrent. Férus de mythologie grecque de votre état, vous aurez assurément entendu parler de Perséphone. Et bien! Ce changement est notamment dû à son enlèvement par Hadès! Car cette dernière est, avant tout, le fruit de l’union de Déméter avec Zeus. Il faut dire que le maître de l’Olympe avait effectivement promis sa fille(Perséphone) au dieu des Enfers.

Déméter et Perséphone, terre-cuite datant de 100 av. J.-C., découverte à Myrina, Turquie. British Museum

      Neufs jours, neufs nuits passent. Folle de chagrin et de douleur, Déméter cherche sa fille. Finalement, ce sera Hélios qui révélera la vérité à la déesse de l’agriculture. D’ailleurs, il avait assisté à la scène de l’enlèvement de Perséphone.

Dès lors, Déméter s’empourpre. Elle quitte immédiatement l’Olympe, en abandonnant, de ce fait, ses fonctions divines. Déméter, qui, la première, cultive la terre. Et ce, afin d’en recueillir les fruits. C’est de cette façon que les instruments agricoles furent brisés par la divinité en colère.

Puis, tout se déchaîne, toutes les récoltes sont détruites. Les vents forts, les pluies, qui tombent en abondance, en viennent à bout! La «Mère Terre» perd sa fertilité.

Didrachme de l’île de Paros. Datant de -200 -180 av. J.-C. Sur l’avers, Déméter est représentée tête voilée et sur le revers on voit une couronne de lierre en fruits.

Parallèle avec le cycle des saisons

      Nous finirons cette présentation simple de la déesse de l’agriculture sur une note d’optimisme. Sachez que le mythe de Déméter et de Perséphone est généralement associé au cycle des saisons.

Et oui! Tout est transitoire! Ainsi, le froid de l’hiver, accompagné de sa grisaille habituelle, signifie une chose. Perséphone se tient aux côtés d’Hadès, au royaume des Enfers. Vient ensuite le printemps qui recommence! La nature renaît avec lui… C’est de nouveau le temps des labours, car Perséphone est revenue auprès de sa mère, Déméter. La déesse protectrice des moissons, du blé et de la terre fertile.

À voir également:

Zeus

Dieu majeur du canon olympien et maître du tonnerre…


Découvrez aussi notre blog, fait de focus et anecdotes de la Grèce antique

Retour en haut