Les colosses de Memnon

Les colosses de Memnon, visite et histoire

Colosses de Memnon

      Fils de Tithonos et d’Eôs (l’Aurore), Memnon était un héros légendaire des Grecs. Ceux-ci crurent le reconnaître dans l’un des deux colosses. D’où leurs noms. Ils se situent à l’entrée du grand temple funéraire d’Aménophis III, dans la Thèbes occidentale. Par ailleurs, ils sont les derniers vestiges du gigantesque temple des millions d’années d’Amenhotep III. Celui-ci fut construit durant la XVIIIe dynastie. Néanmoins, il n’existe plus de nos jours. Ainsi il faut sans doute imaginer que les pierres du temple ont été remployées pour d’autres constructions. Le véritable colosse de Memnon, dont parlent les auteurs anciens, est celui de droite.

Description des colosses de Memnon

      Les deux colosses représentent le pharaon assis sur le trône de ses ancêtres, les mains posées sur les genoux. Également de chaque côté de ses jambes sont figurées sa mère, Moutemouia, et son épouse, Tiyi.

      Sur les deux côtés du trône figure une représentation symbolique de l’union de la Haute-Égypte et de la Basse-Égypte, le Sema-Taouy, représenté par deux « Nil » nouant le papyrus et le lotus, symboles du « double pays ».

Les colosses mesurent 18 mètres en tout de hauteur pour un poids proche de 1800 tonnes chacun. De plus ils sont formés de quartzite une matière très dense et d’une grande dureté. Également liés entre eux par une pâte de cailloux agatisés d’une dureté remarquable.

Temple d’Amenhotep III

      Les deux statues colossales se dressaient sur le parvis du temple des millions d’années d’Amenhotep III. Celui-ci était alors le plus grand ensemble cultuel de la rive ouest de Thèbes.

La taille de ces deux colosses laisse imaginer à quelle dimension fut pensée et réalisée cette entreprise par Amenhotep fils de Hapou, architecte du pharaon. 

Le temple s’étendait alors du premier pylône, dont la hauteur équivalait celle des colosses, jusqu’aux limites des terres arables, quelque cinq cents mètres plus loin. Cependant, il n’en reste que des vestiges épars, tant les monuments qu’il contenait servirent de carrière dès les temps antiques. On en a retrouvé en effet des reliefs dans le temple que se fit construire Mérenptah, le fils et successeur de Ramsès II, à peine un siècle plus tard. 

Jusqu’en 2002, des terres arables cultivées recouvraient la surface du temple, ne laissant apparaître que les colosses. Depuis, des fouilles ont lieu afin de mieux comprendre l’architecture. Ainsi que le plan de ce sanctuaire dédié à Amon et à la gloire d’Amenhotep III lui-même. 

La légende des colosses et du “chant de Memnon”

      Strabon, historien et géographe grec du Ier siècle rapportera qu’une grande partie du temple s’écroula et le colosse droit se fissura de l’épaule au bassin. Et ce lors du tremblement de terre de l’an 27 avant Jésus-Christ. Dès lors, la pierre se mit à vibrer lors des brusques changements de température et d’humidité qui suivaient le lever du jour.

      Le colosse devint un centre d’attraction touristique dès l’Antiquité.  Ainsi de nombreux visiteurs gravèrent des inscriptions sur ses flancs, tel le poète Asklepiodotos: «Apprends, ô Thétis, toi qui résides dans la mer, que Memnon respire encore et que, réchauffé par le flambeau maternel, il élève une voix sonore au pied des montagnes libyques de l’Égypte, là où le Nil, dans son cours, divise Thèbes aux belles portes, tandis que ton Achille, jadis insatiable de combats, reste à présent muet dans les champs des Troyens, comme en Thessalie.». 

      On assimila ce bruit aux lamentations de Memnon, le héros de la Guerre de Troie tué par Achille. Et saluant sa mère Éos, l’Aurore, au lever du soleil. Ainsi le colosse de Memnon devint un lieu de pèlerinage. En effet, on venait écouter au petit matin, arrivant tôt pour être sûr de ne pas manquer l’instant très court où la plainte du héros se faisait entendre. Mais l’empereur romain Septime Sévère voulut rendre au colosse sa splendeur passée. Et en 199 de notre ère, il décida de restaurer les parties endommagées en reconstituant le torse et la tête à l’aide de quelques blocs de grès.

      La plainte ne se fit plus jamais entendre, mais le colosse conserva son nom qui fut étendu aux deux colosses.

Chronologie des découvertes archéologiques:

Les colosses de la porte nord du temple d’Amenhotep III  

Il y a quelques années, la mission du temple funéraire d’Amenhotep III, derrière les colosses de Memnon, avait remonté deux colosses jadis dressés devant la porte nord du temple.

Les colosses de la porte nord du temple d’Amenhotep III 2018

      Ces colosses ne sont pas à l’emplacement d’origine. En effet, la porte nord du temple se situe à quelques centaines de mètres de là, dans les champs. Ainsi les colosses ont été redressés sur la zone du temple de Taousert, aujourd’hui détruit, et derrière le temple de Mérenptah.

Nouvelles statues de la déesse Sekhmet à Louxor 

      Le temple funéraire d’Amenhotep III (derrière les colosses de Memnon) ne cesse de livrer de nouvelles découvertes. En effet la mission archéologique est en pleine saison de fouilles et une fois de plus, elle livre sa moisson.

de statues: 27 statues fragmentaires de la déesse lionne Sekhmet. L’état de préservation est variable.

Nouvelles statues de la déesse Sekhmet à Louxor 2017

Statue de la reine Tiyi à Thèbes Ouest

      La mission archéologique de Kom el-Hitan (colosses de Memnon) poursuit sa saison de fouilles avec une nouvelle belle découverte. Effectivement, la base d’une statue colossale d’Amenhotep III a été dégagée. Ce n’est pas la première fois que la mission découvre une telle statue. De plus, deux petits « colosses de Memnon » étaient été découverts et replacés. Ainsi, cette découverte confirme que le temple du roi possédait de très nombreuses statues royales de grandes tailles. Même la reine Tiyi est sculptée au niveau du trône, près des jambes du roi.

Statue de Tiyi
D’autres découvertes sont faites

Louxor: un nouveau colosse remonté

En 2013, des archéologues égyptiens avaient découvert une grande statue d’Aménophis III située à l’entrée Nord du temple funéraire du pharaon sur la rive gauche de Louxor.

Grande statue d’Aménophis III en 2013

      Il y a quelques mois, la statue, retrouvée quasiment toute entière, est remontée! Et le résultat est impressionnant. L’installation est donc déplacée derrière le temple de Mérenptah. De plus une seconde statue est découverte mais très fragmentaire. Celles-ci sont retrouvées dans les champs voisins.

3ème colosse de Memnon inauguré ce jour à Louxor! 

      Ce jour le ministre des antiquités inaugure le 3e colosse de Memnon récemment sorti de son socle de terre. En effet la partie basse de la statue fut redressée. Une partie de la tête du roi est aussi retrouvée.
3ème colosse inauguré en 2012
Découvertes archéologiques antérieures
Statue de granit rouge représentant le pharaon Amenophis III en compagnie du dieu du soleil à tête de faucon Re-Horakhti – 2010

En 2010 – Statue de granit rouge représentant le pharaon Amenophis III en compagnie du dieu du soleil à tête de faucon Rê-Horakhti sur le site de son temple funéraire à Louxor.

Statue du pharaon Amenhotep III

2010: découverte d’une partie d’une statue du pharaon Amenhotep III

Pour conclure cette chronologie

2010: découverte d’une tête d’Aménophis III de 2m50

Avril 2008: Statue de 3,60 mètres de Tiyi, l’épouse d’Aménophis III

Les colosses de Memnon ne seront plus seulement deux mais quatre dès l’an prochain. 

Lors de la campagne, la dixième, qui s’achève début avril, a été mise à jour une statue de 3,60 mètres de Tiyi. L’épouse d’Aménophis III, qui gisait sous la jambe droite du colosse royal. « Elle est d’une beauté extraordinaire », dit Hourig Sourouzian. Elle se tiendra debout accolée à son époux après la mise en place, début 2009, de deux colosses en quartz rouge de 15 mètres au niveau du 2ème pylône du temple. Deux autres colosses en albâtre, ce qui est rarissime, reprendront plus tard leur place au niveau du 3ème pylône.

À découvrir également:

CARTE DE L’EGYPTE ET DES SITES ANTIQUES PRINCIPAUX


Parcourez aussi notre blog fait de focus sur l’Antiquité, et notre rubrique dédiée à l’Égypte ancienne: