Les Vases Canopes : Un Rituel Funéraire de l’Égypte Ancienne

      Les vases canopes, également connus sous le nom d’urnes canopes, occupent une place importante dans les rituels funéraires de l’Égypte ancienne. En effet, ces vases spéciaux étaient utilisés pour contenir et protéger les viscères momifiés des défunts.

Dans cet article, nous plongerons dans l’histoire fascinante des vases canopes, en explorant leur origine, leur évolution et leur importance symbolique dans la culture égyptienne. Ainsi, préparez-vous à un voyage captivant à travers les mystères de l’Égypte ancienne!

Coffre en albâtre avec quatre vases canopes., tous recouverts d’un bouchon sculpté d’un portrait de Toutankhamon – Égypte – Wikimédia

Origine des urnes canopes

      Les vases ou urnes canopes tirent leur nom de la cité égyptienne de Canope, située dans le delta occidental du Nil. Selon la légende, Canope était un compagnon d’armes de Ménélas, le héros de la Guerre de Troie, qui aurait été enterré en Égypte après son voyage. De plus, les premiers vases canopes ont été découverts dans cette région, d’où leur nom.

Cependant, il convient de noter que les vases canopes ne faisaient pas partie intégrante des pratiques funéraires de l’Égypte ancienne à l’origine. En effet, leur utilisation a évolué au fil du temps pour devenir un élément essentiel du processus de momification.

Description des vases canopes

      Les vases funéraires se présentent sous la forme d’urnes et sont au nombre de quatre. De plus, fabriqués à partir de matériaux tels que le calcaire, l’albâtre et la terre cuite, ces vases sont placés dans une caisse compartimentée. Par ailleurs, chaque vase contient un organe spécifique du défunt, soigneusement momifié.

Le couvercle de chaque vase canope est orné de l’effigie d’un des quatre fils d’Horus, des divinités protectrices de la mythologie égyptienne. Ainsi, chaque fils d’Horus est accompagné d’une déesse qui l’aide à veiller sur le contenu du vase.

  • Le premier vase canope est dédié aux intestins et est associé à Qebehsenouf, représenté sous la forme d’un faucon. Il est assisté par la déesse Serket.

  • Le deuxième vase canope renferme les poumons et est associé à Hâpy, le dieu du Nil, représenté sous la forme d’un babouin. Il est assisté par Nephtys.

  • Le troisième vase canope contient le foie et est associé à Amset, représenté sous la forme d’un homme. Il est assisté par Isis.

  • Enfin, le quatrième vase canope abrite l’estomac et est associé à Douamoutef, représenté sous la forme d’un chacal. Il est assisté par Neith.

Photos ci-dessus: Vases canopes, 1069-664 av. J.-C. en calcaire peint, troisième période intermédiaire – Le Louvre, France

L’évolution des vases funéraires

      Au cours de l’histoire de l’Égypte ancienne, les vases canopes ont connu une évolution tant dans leur forme que dans leur conception. À l’origine, ces vases étaient relativement simples et ventrus. Cependant, à partir du règne d’Amenhotep III, au Nouvel Empire, leur forme s’est transformée pour devenir plus élancée, avec des épaules hautes et une base étroite. Puis, à la Basse époque, les vases canopes étaient plus trapus dans leur apparence.

Les couvercles des vases canopes ont également évolué. Initialement plats ou ronds, ils ont progressivement adopté la forme de têtes humaines ou animales. Puis, à partir de la XVIIIe dynastie, les couvercles représentant les quatre fils d’Horus sont devenus populaires. En effet, ces couvercles sont ornés des traits caractéristiques des fils d’Horus et ajoutent une dimension symbolique aux vases canopes.

Importance symbolique des vases canopes

      Les vases canopes jouaient un rôle crucial dans le processus de résurrection des morts dans la mythologie égyptienne. En effet, ils étaient considérés comme des réceptacles sacrés qui protégeaient et préservaient les organes momifiés du défunt. Ainsi, chaque vase canope était associé à un point cardinal, un dieu protecteur et une déesse pleureuse, créant ainsi un ensemble symbolique complet.

  • Le foie, contenu dans l’urne associée à Amset, était protégé par la déesse Isis et était associé au sud.

  • Les poumons, conservés dans l’urne associée à Hâpi, étaient protégés par Nephtys et étaient associés à l’est.

  • L’urne associée à Qebehsenouf contenait les intestins, protégés par la déesse Serket et associés à l’ouest.

  • Enfin, l’urne associée à Douamoutef conservait l’estomac, protégé par Neith et associé au nord.

Ces associations entre les organes, les divinités et les points cardinaux étaient essentielles pour assurer la protection et le rétablissement du défunt dans l’au-delà. En effet, les vases canopes étaient considérés comme des gardiens puissants, assurant la pérennité de l’âme et la renaissance du défunt dans une nouvelle vie.

À lire aussi:

Dieux et Déesses Principaux de l’Égypte Ancienne


Vases canopes en calcaire peint, 900-800 av. J.-C. troisième période intermédiaire – Walters Art Museum, USA, Wikimédia.

Les urnes canopes en quelques mots…

      Les vases canopes occupent une place prépondérante dans les rituels funéraires de l’Égypte ancienne. Ainsi, leur évolution, allant de simples urnes à des objets richement décorés, témoigne de leur importance symbolique et spirituelle. De plus, ces vases spéciaux étaient conçus pour protéger les organes momifiés des défunts, étaient associés à des divinités et à des points cardinaux spécifiques.

Aujourd’hui, les vases canopes nous offrent un aperçu fascinant de la culture et des croyances de l’Égypte ancienne. Ainsi, ils nous rappellent l’importance accordée à la préservation du corps après la mort et à la préparation de l’âme pour son voyage vers l’au-delà. De plus, les vases canopes sont un témoignage tangible de la richesse et de la profondeur de la civilisation égyptienne et continuent de fasciner les chercheurs et les passionnés d’histoire.

Découvrez également notre blog, dédié aux focus de l’Égypte ancienne:

Retour en haut