Néférousobek, nommée également «La reine crocodile», serait la première femme pharaon connue.

Nitocris ou Neithikerty en égyptien, étant une reine légendaire du pays de Ra.

Sur les 170 pharaons que compterait l’Histoire de l’Égypte antique, seulement 5 sont des femmes. Les plus connues sont sans nul doute Hatchepsout et Cléopâtre VII. Ont régné également Mérytaton, fille aînée d’Akhénaton, et Taousert, dernière souveraine de la XIXe dynastie.

Canon royal de Turin

      Le nom et l’existence de Néférousobek fut découvert, ou redécouvert en 1822 à Thèbes, Louxor. Par le biais d’un collectionneur/aventurier d’antiquités égyptiennes, Bernardino Drovetti, et ce dans le Canon royal de Turin. Où la souveraine est mentionnée. Ce papyrus contient la liste la plus complète de monarques et aussi de reines de l’Histoire de l’Égypte antique. Ce sont les annales royales les mieux renseignées que l’on ait jamais découvert.

Amenemhat III

      Nous nous situons au Moyen-Empire qui s’étale d’env. -2033 à env. -1783. Cette période regroupe les XI et XIIe dynasties. Néférousobek serait la fille d’Amenemhat III et la sœur d’Amenemhat IV. La souveraine clôturera la XIIe dynastie. Puis l’Histoire égyptienne basculera dans la Deuxième période intermédiaire égyptienne. Certaines études récentes incluent la XIIIe dynastie dans le Moyen-Empire.

Néférousobek est la première femme pharaon connue.
Buste de Néférousobek – Musée égyptien de Berlin, perdue.

Descendante du pharaon Amenemhat III, qui régna un peu plus de 45 années d’env. –1843 à -1797. Son frère succédera à ce dernier et sera pharaon durant une petite dizaine d’années, d’env. -1797 à -1787. Dans l’ombre de celui-ci, elle lui succédera et accédera au trône d’Égypte. Car Néférousobek est de sang royal et donc elle est légitime en tant que fille d’Amenemhat III. Son accession au trône en tant que femme pharaon est aussi un choix politique. Ceci pour éviter des guerres civiles qui auraient pour but d’obtenir le pouvoir suprême.

Amenemhat IV

Son règne ne durera toutefois que 4 années, d’env. -1787 à -1783. Mais elle marquera durablement l’Histoire égyptienne et les générations de pharaons suivants.

Dieu Sobek – Temple de Kom Ombo
Pourquoi la pharaonne a-t-elle choisi ce nom?

      Sobek étant le dieu crocodile, et ces animaux sacrés sont forts et redoutables. Ce nom particulier lui procurait une aura de puissance et de pouvoir, l’installant davantage dans son rôle de pharaon. Un statut très généralement occupé par des hommes dans l’Égypte antique. Même après son règne, l’empreinte et la notoriété de la pharaonne seront durables. Car dans les dynasties suivantes, il était fréquent que les rois prennent le nom de Sobek dans leur titre de pharaon. Par exemple Sobekhotep Ier, qui succèdera à Néférousobek et débutera la XIIIe dynastie. Il y en aura un certain nombre d’autres se nommant ainsi. La reine pharaon aura donc inspiré le respect pendant longtemps chez ses successeurs.

Plusieurs traces de la reine nous sont parvenues. Son inscription a été retrouvée sur des monuments disséminés dans l’Égypte. Comme attesté dans les annales royales comme celle de la Chapelle des ancêtres de Thoutmôsis III, de la Table de Saqqarah ou bien dans le Canon royal de Turin. Toutes ces listes royales mentionnent le règne de Néférousobek, la Reine crocodile.

Buste de Néférousobek découvert dans la cité antique d’Avaris, Musée du Louvre
Cependant, cette pharaonne, la première connue, se démarqua nettement de certaines de ses prédécesseuses.

Telle l’emblématique Hatchepsout qui se fera représenter en homme. Ses bustes seront plats, masculins et elle portera les mêmes attributs que ces homologues masculins. Elle sera même représentée en pagne court avec une barbe postiche. Néférousobek, elle sera une femme pharaon, elle conservera dans ses représentations, l’aspect de sa féminité. Ainsi le buste de la reine retrouvé dans la cité antique d’Avaris, dans le Delta la représente comme elle est. Le buste a des rondeurs, au niveau du torse ainsi qu’aux hanches, de plus, sa taille est fine. La reine associait des habits féminins avec les attributs des pharaons.

Sceau-cylindre en stéatite émaillée au nom de Néférousobek. British Museum

      Elle aura été respectée comme pharaon, entourée de conseillers et bénéficiant du soutien de son armée. Néférousobek marquera de son empreinte pour longtemps les générations suivantes de l’Égypte des pharaons.

Retrouvez également sur notre blog de nombreux focus et anecdotes sur l’Égypte ancienne:

Retour en haut